Département des Sciences du Comportement


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jeffrey Dahmer

Aller en bas 
AuteurMessage
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:42




Jeffrey Lionel Dahmer (21 mai 1960 - 28 novembre 1994), "le cannibale de Milwaukee", était un tueur en série américain qui a avoué avoir assassiné dix-sept jeunes hommes entre 1978 et 1991 (la plupart de ses meurtres ayant eu lieu entre 1989 et 1991).

Jeffrey Dahmer est né à Milwaukee. À quatre ans, il subit une opération chirurgicale pour une double hernie. À huit ans, les Dahmer emménagent à Bath, dans la banlieue de Cleveland. Le jeune Jeffrey est un garçon extrêmement timide et renfermé, sans ami proche et brimé par ses camarades de classe. Il découvre son homosexualité à treize ans, commence à boire régulièrement à partir de quatorze ans et à disséquer des animaux morts qu'il trouve sur les routes.

Après une vie de couple chaotique, ses parents divorcent alors qu'il a dix-sept ans, chacun partant de son côté en laissant leur fils seul dans leur maison. C'est pendant cette période que Dahmer commet son premier meurtre en tuant Steven Hicks, qu'il avait invité chez lui, "parce qu'il ne voulait pas qu'il parte".

Il s'inscrit à l'université l'année suivante mais abandonne après un semestre. Il s'engage alors dans l'armée, sur la suggestion de son père, mais en est renvoyé pour alcoolisme.

Dahmer est de retour à Milwaukee en 1982 et va, dès lors, tuer à seize autres reprises.

Dahmer tuait essentiellement dans le but d'assouvir ses fantasmes nécrophiles. Son objectif était d'avoir un contrôle total sur le corps de ses victimes. Son mode opératoire était presque toujours le même : il invitait ses futures victimes dans son appartement pour une séance de photographies, les droguait à l'aide de somnifères puis les étranglait avant d'abuser sexuellement de leurs cadavres. Il les dépeçait et les démembrait ensuite, conservant certaines parties de leurs corps comme trophées. Il a également essayé de transformer certaines d'entre elles en "zombies" qu'il pourrait contrôler en forant un trou dans leur crâne avec une perceuse et en y injectant de l'acide ou de l'eau bouillante. Il a aussi reconnu "s'être essayé au cannibalisme" en mangeant le biceps d'une de ses victimes. Il est plus que probable qu'il ait fait plus, dans ce domaine, que de "s'être essayé".

Toutes ses victimes étaient des jeunes hommes sans-abri, marginaux, homosexuels que Dahmer avait dragués dans les bars gays de Milwaukee. Bien que douze d'entre eux étaient afro-américains, Dahmer a nié être raciste. Il a déclaré qu'il ne haïssait pas ses victimes, mais que, paradoxalement, il les avait tuées parce qu'il "les aimait bien" et qu'il voulait les garder auprès de lui.

Quand on l'arrête, le 22 juillet 1991, c'est l'horreur absolue : les policiers, alertés par un rescapé qui s'enfuyait dans la rue pour échapper à Dahmer, pénètrent chez ce dernier et découvrent dans son réfrigérateur et ses placards des têtes, des parties génitales et des membres humains. Ils trouvent également une cuve remplie d'acide dans laquelle Dahmer faisait dissoudre les thorax qu'il "n'utilisait" pas.

Jeffrey Dahmer a été jugé en février 1992. L'affaire avait fait tellement de bruit aux États-Unis que le procès fut télévisé et que même les chaînes françaises en diffusèrent quelques extraits. L'avocat de Dahmer essaya de plaider la démence, ce qui aurait probablement permis à son client d'être libéré après avoir passé quelques années en hôpital psychiatrique. Le jury préféra suivre le réquisitoire de l'avocat général qui considérait l'accusé pleinement responsable de ses actes. Dahmer fut reconnu coupable et condamné à 957 ans de prison. Il a été assassiné par un co-détenu, noir américain, le 28 novembre 1994.

_________________


Dernière édition par le Ven 3 Aoû - 12:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:44

PLus d'info (Source : http://www.tueursenserie.org)

Vous trouverez sur ce super site nombreuse photo de lieu de certains lieus et aussi de ses victimes

Nom : Jeffrey Lionel Dahmer
Surnom : "Le Cannibale de Milwaukee"
Né le : 21 mai 1960 , à Milwaukee (Wisconsin) - USA
Mort le : 28 novembre 1994 (assassiné par un autre prisonnier).

Petit, Dahmer dépeçait des animaux. Devenu adulte, il a violé, assassiné et démembré de jeunes hommes. Il était nécrophile et cannibale. Il s’est attaqué à des sans-abri, homosexuels, noirs ou asiatiques : la police ne se préoccupait pas de leur disparition, si jamais elle était au courant. Il découpait les corps en morceaux, les jetait dans de l’acide, ou les mangeait, ou les gardait dans son frigo ou, encore, en décorait sa cheminée... Lors de son jugement, tout le monde a été frappé par sa froideur absolue.

nformations personnelles

Issu d’une famille bourgeoise, Dahmer est né à Milwaukee, ville ouvrière du Nord des États-Unis. Il a déménagé avec ses parents au 4480 West Bath Road, dans la petite ville de Bath Township (près d’Akron), dans l’Ohio, à l’âge de sept ans.

Une invention ?
Lionel Dahmer a peut-être inventé cette histoire d’agression pour "expliquer" pourquoi son fils s’en est pris à des homosexuels : "pour se venger".
Lionel Dahmer semble, en effet, n’avoir jamais admis, ni compris, l’homosexualité de son fils... Jeffrey Dahmer lui-même a dit : "Il n’y a pas eu d’incident particulier qui aurait... provoqué ça" (son orientation sexuelle). "On dit que certaines personnes sont agressées ou violées par quelqu’un, c’est ce qui les fait devenir homosexuel. Ça n’a jamais été mon cas".
Le père de Dahmer a expliqué qu’à huit ans, Jeffrey a été sexuellement agressé par un adolescent du voisinage. Si c’est vrai, cet "incident" peut peut-être aider à comprendre les crimes ultérieurs de Dahmer.

La mère de Dahmer avait des problèmes mentaux et était toujours énervée. Le père de Dahmer, un pharmacien, passait tout son temps à travailler (sans doute pour fuir son épouse). Tous deux ne s’occupaient pas beaucoup du jeune Jeffrey. Celui-ci jouait avec des "amis imaginaires" et terrifiait ses camarades d’école par son comportement étrange.
Dahmer était un garçon intelligent et un élève brillant, mais il n’utilisait pas tout son "potientiel". Il interrompait les cours en faisant l’idiot, était un solitaire et agissait bizarrement.

(JPG) Lorsque Dahmer eut environ 8 ans, "une peur étrange commença à se faufiler dans sa personnalité, une peur des autres combinée avec un manque général de confiance en soi. Il développa une réticence à changer, un besoin de sentir l’assurance des endroits familiers. La perspective de devoir aller à l’école l’effrayait. Le petit garçon qui, auparavant, semblait si heureux et sûr de lui avait été remplacé par une personne différente, qui était maintenant très timide, distante, presque non-communicative".

Lionel, son père, soupçonna que le déménagement de l’Iowa vers l’Ohio en était la cause et que le comportement de son fils était une réaction normale au fait d’être déraciné de son cadre familier pour s’installer dans un endroit totalement différent. Lionel Dahmer, lui aussi, avait été timide, introverti et mal à l’aise quand il était enfant, et il avait appris à surmonter ses problèmes. Il pensa que son fils allait les surmonter lui aussi.
Ce qu’il ne réalisa pas fut que la situation de Jeffrey était bien plus grave que la sienne et que "Jeff avait commencé à souffrir d’une grande solitude."

(JPG) À l’âge de 10 ans, Dahmer faisait des expériences avec des animaux morts : il décapitait des rongeurs et blanchissait des os de poulet avec de l’acide. Un jour, il cloua la carcasse d’un chien sur un arbre et planta sa tête coupée sur un pieu. Il aimait voir l’intérieur des animaux, leurs organes internes. Comme son père était pharmacien, Dahmer a lu des ouvrages d’anatomie et de chimie. Il n’a jamais torturé d’animaux vivants, il trouvait cela extrêmement cruel. Il adorait les bêtes...

Dahmer eut des fantasmes "bizarres" dès le début de son adolescence. Il ne pouvait pas en parler à ses parents, qui s’occupaient très peu de lui. Il ne pouvait pas non plus leur parler de son homosexualité (qu’il découvrit à 13 ans) : il ne la comprenait pas et elle lui posait des problèmes, mais il devait garder cela pour lui, en lui. Il ne s’exprimait donc jamais sur ses sentiments profonds.
Alors, il commença à fantasmer, à rêver durant des heures, et ses fantasmes prirent une place toujours plus importante dans sa vie...

Vers 16 ans, il commença à avoir de puissants fantasmes sexuels. Il dit qu’il rêvait de sexe "avec un bel homme, du genre Chippendale". Mais dans ses fantasmes, il avait un contrôle total. Il parla d’un de ses fantasmes dans lequel il frappait quelqu’un avec un gourdin, puis avait une relation sexuelle avec le corps.
Il semblait tendu, son corps était toujours raide. Il devint de plus en plus timide, et lorsque d’autres personnes l’approchaient, il devenait très raide. Il restait chez lui, seul dans sa chambre ou à regarder la télévision. Son visage était souvent vide, sans expression, et il donnait plus ou moins l’impression permanente de quelqu’un qui ne pouvait rien faire d’autre que d’avoir le cafard, sans aucun but dans la vie.
Jeffrey devint plus passif et isolé. "Sa conversation se limitait à répondre à une question par une réponse d’un seul mot, à peine audible. Il était entraîné dans un monde de cauchemars peuplés de fantasmes inimaginables. Dans les années à venir, ses fantasmes allaient commencer à l’écraser. Les morts, dans leur immobilisme, leur calme, allaient devenir l’objet premier de ses désirs sexuels grandissant. Son incapacité à parler de ces idées étranges allait couper ses connexions avec le monde extérieur."

(JPG) Alors que les autres garçons aspiraient à un bon emploi, des études ou la création d’une famille, Jeffrey Dahmer, lui, était dépourvu d’ambitions et de projets. "Il a dû se voir comme complètement en dehors de la communauté humaine, en dehors de tout ce qui était normal et acceptable, en dehors de tout ce qui était admis d’un autre être humain."
On pourrait s’attendre à ce qu’une personne ayant les fantasmes de mort et de démembrement qui tournoyait dans la tête de Jeffrey Dahmer adolescent montre des signes de maladie mentale. Mais Dahmer devint juste solitaire et réservé. Loin de se révolter, il ne se disputa jamais avec ses parents parce que rien ne semblait avoir d’importance à ses yeux.

La nature morbide de ses pensées le troublait lui-même. Et il commença à boire au lycée. L’alcoolisme allait bientôt devenir une échappatoire, mais aussi un carburant pour ses fantasmes macabres.
A 16 ans, Jeffrey Dahmer, sans doute miné par ses problèmes familiaux, était déjà alcoolique et asocial.
"Il a été élevé dans un environnement de classe moyenne, très aseptisé", dit Ashok Bedi, directeur de l’Hôptial Psychiatrique de Milwaukee, qui espérait guérir Dahmer avant qu’il ne meurt en prison. "C’était le genre d’environnement dans lequel l’obscurité de la psyché humaine peut être aseptisée et réprimée. Il ne pouvait se permettre l’infamie de l’aliénation mentale, alors son obscurité a grandi, encore et encore, sans pouvoir sortir."
Pour le jeune Jeffrey Dahmer, cette "sortie" a pu être sa fascination envers les animaux morts, qu’il a souvent disséqués. Dahmer a dit qu’il n’y avait pas eu d’élément sexuel là-dedans, l’expliquant seulement par une "curiosité morbide".

Mais les leçons d’anatomie qu’il a apprise enfant lui ont servi à l’âge adulte.

"L’une des choses... qui me déconcertent c’est... pourquoi je ne semble pas pouvoir produire plus de sentiments. Je veux dire, si j’avais été capable de ressentir plus d’émotions, tout ça ne se serait peut-être jamais produit. Mais il me semble que mon émotion, mon côté émotif a été... atténué."

Dahmer avait un frère plus jeune que lui, David, qui fut l’enjeu du divorce de ses parents, chacun se disputant la garde du petit dernier, mais ignorant l’aîné. Les parents de Dahmer se désintéressèrent totalement de lui lorsqu’ils se séparèrent en juillet 1978. En août, sa mère emmena son jeune frère avec elle à Chippewa Falls et laissa Jeffrey seul dans la maison de Bath.

Crimes et châtiment

(JPG) En juin 1978, Dahmer obtint son bac au lycée Revere. Il était prévu qu’il commence des études à l’université d’état de l’Ohio à Columbus. Mais, le 18 du même mois, Dahmer passa des expérimentations morbides sur des animaux au meurtre d’un être humain.

Sa première victime fut un jeune auto-stoppeur, Steven Hicks. Il le ramena chez sa mère, absente, pour "boire un coup, fumer un pétard et rigoler". Mais quand Hicks voulut partir, Dahmer lui fracassa le crâne avec un haltère et l’étrangla. Puis, il traîna le corps dans un espace, sous la maison, où il resta quelques jours. Mais l’odeur de décomposition devint trop forte, et Dahmer le coupa en morceaux et mit ceux-ci dans des sacs plastiques. Il les enterra finalement derrière la maison.

Durant 9 ans, il ne tua plus, mais ses fantasmes grandirent en lui. Il essaya toutes les autres manières possibles de satisfaire ses pulsions. Lorsqu’on lui a demandé ce qui l’avait fait tenir durant toutes ces années, il a répondu : "l’alcool, la pornographie et la masturbation."

Le 24 décembre 1978, le père de Dahmer se remaria avec une autre femme. Jeffrey Dahmer abandonna ses études pour s’engager volontairement dans l’armée (à la recherche d’amitié et de fraternité, à défaut d’une famille) et se retrouva stationné en Allemagne. Là, il découvrit un type de pornographie bien plus visuelle - "la première que j’ai jamais vue concernant les... orientations que j’avais" - et il s’y plongea avidement. "Oh oui, j’’ai dépensé des milliers de dollars pour ça, durant ces années".
De plus, il buvait énormément. Les dossiers du FBI contiennent des notes de l’Armée qui détaillent de nombreux cas d’insubordination. Au bout d’à peine deux ans, Dahmer fut renvoyé en raison de son alcoolisme et démobilisé en Caroline du Sud.

En mars 1981, revenu à la vie civile, Dahmer accepta son homosexualité (bien qu’il ait du mal à la comprendre) et devint un habitué des bars gay de Milwaukee. Il buvait toujours beaucoup.
(JPG) En 1982, il s’installa dans la maison de sa grand-mère à West Allis, dans le Wisconsin. Il vivait à la cave...
En août de la même année, il fut arrêté pour "exposition publique indécente".
Il commença à draguer des hommes dans les bars et les bains publics gays de Milwaukee et Chicago. Un jour, il fut mis à la porte d’un bain public parce qu’il avait drogué l’un de ses partenaires. "J’essayais tout", dit-il, "jusqu’à... voler un mannequin dans un magasin de Boston, à South Ridge, pour apaiser mes désirs sans avoir à blesser quiconque... Mais ça n’a jamais fonctionné... Et une chose en a provoqué une autre, et une autre..."

Les charges d’"exposition publique indécente" furent à nouveau retenues contre lui en septembre 1986, lorsque deux garçons accusèrent Dahmer de s’être masturbé en public. Déclaré coupable de "violation de l’ordre public", il fut condamné à une année de liberté surveillée avec l’obligation de voir un psy ou une assistante sociale... jusqu’au 9 septembre 1987.
Six jours après la fin de sa liberté surveillée, il tua à nouveau.

Le 15 septembre 1987, Dahmer passa la journée à boire dans un bar gay, le "Club 219", où il rencontra Steven Tuomi. Ils discutèrent pendant des heures, puis quittèrent le bar ensemble. Ils allèrent dans un hôtel et prirent une chambre. Dahmer déclara ne pas se souvenir de ce qui s’était passé une fois dans la chambre, mais seulement qu’il avait "beaucoup bu". Il n’était même pas sûr qu’ils aient eu une relation sexuelle, mais lorsqu’il s’était réveillé, Steven Tuomi était mort. Il semble que Dahmer l’ai étranglé.
Lorsqu’il réalisa ce qu’il avait fait, Dahmer paniqua. Il se précipita dans un magasin pour y acheter une valise, où il a déposa le corps de Tuomi, après l’avoir démembré. Puis, il appela un taxi et ramena la valise dans la maison de sa grand-mère, à la cave. Là, il continua à le découper. Lorsqu’il eut terminé, il mit les morceaux dans des sacs plastiques et les jeta dans la poubelle ! On ne retrouva jamais le corps de Steven Tuomi. Le mystère resta entier jusqu’à ce que Dahmer confesse son meurtre en 1991.

(JPG) Le 16 janvier 1988, Dahmer s’approcha d’un jeune prostitué de 14 ans, James Doxator. Il lui proposa de l’argent pour tourner une vidéo avec lui. Doxtator accepta, et Dahmer l’amena dans sa cave. Il lui offrit un verre avec des somnifères et, lorsque Doxtator se fut endormi, il l’étrangla. Dahmer plongea le corps dans de l’acide pour enlever les chairs. Il brisa les os en morceaux qu’il répandit dans le jardin, et mit la chair dans des sacs, qu’il enterra sous la maison. La mère de James Doxtator signala sa disparition le 18 janvier. La police ne retrouva son corps que trois ans plus tard.

Le 24 mars 1988, Dahmer rencontra Richard Guerrero dans un bar nommé "Le Phoenix". Guerrero était fauché, aussi Dahmer lui proposa-t-il de l’argent s’il venait chez lui pour "tourner une petite vidéo". Guerrero accepta. Dans la cave de la grand-mère de Dahmer, ils eurent une relation sexuelle, puis Dahmer offrit un verre à Guerrero. Dès qu’il s’endormit, Dahmer l’étrangla puis le démembra. Il jeta les morceaux dans la poubelle...
Pablo Guerrero déclara la disparition de son fils à la police de Milwaukee le 29 mars. Il fit publier des annonces dans la presse locale, avec une photo récente, mais ne reçut jamais aucune réponse.

(JPG) En septembre 1988, la grand-mère de Dahmer commença à s’inquiéter de l’odeur infecte provenant du sous-sol et du fait que son petit-fils ramenait des "garçons" chez lui. Quand le père de Dahmer, Lionel, inspecta la chambre/cave de son fils, il trouva un résidu noir et collant, semblable à ce que l’acide fait à de la chair. Lorsqu’il questionna son fils à ce sujet, Dahmer lui répondit qu’il faisait des expériences avec des animaux. Comme Lionel Dahmer ne se préoccupait pas vraiment de ce que faisait son fils (pas plus avant qu’à cette époque, en fait...), il ne s’inquiéta plus. Mais la grand-mère de Dahmer lui demanda de trouver un autre logement.

Le 25 septembre, Dahmer trouva un appartement à Milwaukee, au 924, Résidence Oxford, 25ème rue Nord.

À peine 24 heures après avoir déménagé dans son nouvel appartement, Dahmer eut à nouveau des problèmes avec la police.

Dahmer attira chez lui un jeune laotien, Keison Sinthasomphone, en lui promettant des friandises, le caressa et l’embrassa, puis lui proposa de l’argent s’il acceptait de poser nu pour des photos. Le garçon refusa et parvint à s’enfuir. La Police fut appelée, et Dahmer fut accusé d’agression sexuelle. Il passa une semaine en prison avant d’être libéré sous caution.

(JPG) L’assistant du procureur Shelton présenta ses arguments au juge William Gardner. Shelton voulait que Dahmer soit condamné à une peine de 5 ans au minimum.
"Il est tout à fait clair que le pronostic de guérison pour M. Dahmer dans la communauté est extrêmement sombre... Une partie du problème est qu’il pense que la seule chose de mal qu’il ait fait dans cette histoire - la seule ! - a été de choisir une victime trop jeune... Il semble coopératif et réceptif, mais tout ce qui existe sous la surface indique une forte colère et des problèmes psychologiques bien installés, auxquels il ne veut ou ne peut faire face."
Trois psychologues examinèrent Dahmer et convinrent qu’il était manipulateur, résistant au changement et évasif concernant ses actes. L’hospitalisation et un traitement intensif furent recommandés.

_________________


Dernière édition par le Ven 3 Aoû - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:46

Suite de l'article

Boyle, l’avocat de la défense, expliqua que Dahmer était malade et qu’il avait besoin d’un traitement, et non pas de la prison. Il souligna le fait que Dahmer avait un emploi. "Nous ne nous trouvons pas en face d’un récidiviste de ce genre d’agression. Je crois qu’il a été arrêté avant que cela n’arrive à un point où ce serait devenu pire, ce qui signifie que finalement ça lui est bénéfique".

Dahmer lui-même s’adressa au juge pour sa défense, expliquant sa conduite par son alcoolisme. Il parlait bien et fut très convaincant... pour quelqu’un qui avait assassiné plusieurs hommes auparavant.
"Ce que j’ai fait est très grave. Je ne me suis jamais trouvé dans cette situation avant. Rien d’aussi horrible, en tout cas. C’est un cauchemar devenu réalité, pour moi. Si une chose devait me dégoûter de mon mode de comportement, c’est bien ça... Ce à quoi je pense qui est stable et qui me donne une source de fierté dans ma vie, c’est mon emploi. J’ai failli le perdre à cause de ce que j’ai fait, et j’en suis entièrement responsable... Tout ce que je peux faire, c’est vous supplier. Je vous en prie, épargnez mon travail. Je vous en prie, donnez-moi une chance de vous montrer que je peux être honnête et droit, et ne plus jamais être impliqué dans ce genre de situation dans le futur... Avoir fourvoyé cet enfant a été le point culminant de ma stupidité... Je veux que l’on m’aide. Je veux changer de vie".

Un très bon acteur... ou un excellent menteur.
Dahmer fut déclaré coupable le 30 janvier 1989. Le juge, William Gardner, décida de le condamner à 5 ans de mise à l’épreuve et à un an et demi dans une maison de correction (avec semi-liberté) pour qu’il puisse continuer à travailler. Dahmer resta pourtant libre jusqu’à ce que la sentence "officielle" soit prononcée, le 23 mai. Entre temps, le 25 mars, il assassina Anthony Sears.

Le 25 mars 1989, Jeffrey Dahmer rencontra deux hommes devant "La Cage" (un bar gay que Dahmer fréquentait souvent). L’un, blanc, se nommait Jeffrey Connor, et, l’autre, noir, s’appelait Anthony Sears. Sears s’approcha de Dahmer et ils commencèrent à discuter. Connor les conduisit à West Allis, puis Sears et Dahmer marchèrent jusqu’à la maison de sa grand-mère. Dahmer n’avait pas voulu "inviter" Sears chez lui, car il pensait que la police pouvait surveiller son appartement (il invitait donc Tony Sears dans le but de le tuer). Ils eurent des relations sexuelles, puis Dahmer offrit à verre à Sears. Lorsque ce dernier se fut endormi, Dahmer l’étrangla. Son crâne, son scalp et ses parties génitales furent découverts dans l’appartement de Dahmer lors de son arrestation, deux ans plus tard.

Crimes et châtiment (suite)

(JPG) Condamné, en mai donc, à une année et demie de semi-liberté (seulement !), Dahmer fut libéré après 10 mois ( !!!). Il retrouva son appartement de la résidence Oxford, le n°213. Le 20 mai 1990, deux semaines après avoir emménagé, Dahmer rencontra un jeune homme noir nommé Raymond Smith (dit Ricky Beeks), au "Club 219".
Ray venait d’arriver à Milwaukee et il rencontra la mauvaise personne au mauvais moment... Dahmer lui demanda s’il accepterait de poser nu pour des photos, en échange d’un peu d’argent. Ray accepta son offre et l’accompagna jusqu’à son appartement, où il fut drogué et étranglé. Dahmer eut des relations sexuelles nécrophiles avec le corps. Puis, il le démembra et jeta les morceaux dans la poubelle. L’un des crânes peints trouvés chez Dahmer fut identifié comme étant celui de Ray Smith.

Une soeur traumatisée
La soeur d’Eddie Smith, Carolyn, se bat avec une dépression.
"Lorsque quelqu’un coupe la tête de votre frère, et puis dit ’Hum... Je ne sais pas quoi faire de ça. Je vais le mettre dans mon armoire pendant trois jours, et je verrais’, comment voulez-vous vivre avec ça ?!" Carolyn Smith ne vit que sur sa pension d’invalidité. Lionel Dahmer, le père de Jeffrey, et Shari, sa belle mère, avaient tous deux promis que les bénéfices de la vente du livre de Lionel Dahmer ("A father story") seraient entièrement reversés aux familles des victimes. Carolyn attend toujours...


Le 24 juin 1990, Dahmer rencontra un jeune homme noir, Edward Smith, au Bar "Pheonix". Ils allèrent à l’appartement de Dahmer en taxi et eurent des relations sexuelles.
Smith fut ensuite drogué et étranglé. Dahmer démembra le corps, puis le plaça dans de l’acide pour séparer les chairs. Il jeta les morceaux du corps dans la poubelle.

Le 8 juillet 1990, Dahmer décida de changer de "mode opératoire", et de ne pas droguer sa victime. Un adolescent hispanique de 15 ans avait accepté de poser nu pour lui. Dahmer prit un maillet et tenta de le frapper à la tête. Le garçon se débattit et réussit à s’échapper. Il alla porter plainte à la police, mais lorsqu’il demanda aux officiers de ne pas dire à ses parents qu’il était homosexuel, les policiers décidèrent de ne pas donner suite à sa plainte ( !!!).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:48

Suite

Le 3 septembre 1990, devant une librairie homosexuelle, sur la North 27th Street, Dahmer discuta avec un jeune homme noir originaire de Chicago : Ernest Miller. Ce dernier accepta d’accompagner Dahmer jusqu’à son appartement, où ils eurent des relations sexuelles. Puis Dahmer le drogua et lui coupa la gorge. Il plaça le corps dans de l’acide et blanchit le squelette. Son crâne fut peint et son squelette entier conservé dans un placard.

C’est à cette époque que les voisins de Dahmer commencèrent à se plaindre de l’odeur putride qui venait de son appartement. Dahmer expliqua au propriétaire que son réfrigérateur était cassé, mais qu’il allait le réparer le plus rapidement possible.

Trois semaines plus tard, le 24 septembre 1990, Dahmer rencontra David Thomas, un jeune homme noir. Il l’attira chez lui et le drogua. Il déclara par la suite qu’il n’avait pas voulu tuer Thomas, mais qu’il s’était inquiété du fait que le jeune homme puisse être en colère lorsqu’’il se réveillerait et réaliserait que Dahmer l’avait drogué. Il décida donc de le tuer. Le lendemain, Dahmer le démembra et prit des photos. On ne retrouva jamais son corps. Sa soeur déclara sa disparition le même jour. Elle l’identifia sur les photographies que Dahmer avait prises alors qu’il le démembrait.

Le 18 février 1991, Dahmer rencontra un jeune homme de 19 ans, Curtis Straughter, qui voulait devenir mannequin. Dahmer lui proposa de poser pour des photos et Straughter accepta. Il l’étrangla avec une courroie en cuir. Puis, il le démembra et écrasa ses os. Dahmer garda son crâne, ses mains et ses organes sexuels, qu’il photographia, et jeta le reste du corps à la poubelle. Ils furent trouvés dans son appartement lors de son arrestation. La grand-mère de Straughter déclara sa disparition le 20 février, et son crâne fut identifié grâce à sa dentition.

Le 7 avril 1991, un jeune homme noir, Errol Lindsey, parla avec Jeffrey Dahmer sur la 27ème Rue, près de la librairie homosexuelle, et le suivit jusqu’à son appartement en échange d’un peu d’argent. Lindsey fut drogué et étranglé. Dahmer eut des relations sexuelles avec son cadavre, puis le démembra et l’écorcha, et garda la peau durant quelques semaines. Il conserva le crâne comme trophée et Lindsey fut identifié grâce à sa dentition.
Tony Hughes avait un an de plus que Dahmer. Il était noir, sourd et muet. Ils se rencontrèrent au "Club 219", le 24 mai 1991, et communiquèrent en écrivant sur des papiers. Comme à son habitude, Dahmer lui proposa de l’argent pour des photos. Tony Hugues fut drogué, étranglé et son corps resta allongé sur le sol de la chambre à coucher pendant trois jours. Ensuite, il le démembra et le mit dans de l’acide. Son identité fut établie grâce à son crâne et à sa dentition.

Le 26 mai 1991, Dahmer rencontra Konerack Sinthasomphone, un jeune laotien de 14 ans, devant un centre commercial, le "Grand Avenue Mall". Il était le frère de Keison Sinthasomphone, que Dahmer avait agressé en 1988 !

l lui offrit de l’argent en échange de photos. Konerak accepta, le suivit chez lui, et posa pour deux photos, en caleçon, avant d’être drogué. Dahmer le viola, puis alors qu’il était encore vivant, perça un trou à l’arrière de son crâne avec une foreuse, pour y injecter de l’acide chlorhydrique ! Dahmer expliqua par la suite qu’il avait fait une "expérience" : il voulait de cette manière créer un "zombie" pour contrôler complètement sa victime. Dahmer alla ensuite boire une bière dans sa cuisine.

Une famille brisée
Le 26 juillet 1991, quatre jours après que Dahmer ait été arrêté, Philipp Arreola, le chef de la police de Milwaukee, suspendit (avec solde !) les trois agents qui avaient laissé Konerak dans les mains de Dahmer, le 27 mai 1991. Ils furent par la suite réintégrés dans la police, discrètement...
Le 10 aout 1991, Konerak Sinthasomphone fut incinéré après une cérémonie bouddhiste traditionnelle. Pendant ce temps, un cambrioleur vola 6000 dollars à sa famille endeuillée...


Extraordinairement, Konerak se réveilla et parvint à se relever. Il sortit de l’appartement de Dahmer et marcha dans la rue. Le jeune adolescent fut aperçu, nu, hagard, zigzaguant, par des voisins qui avertirent la police.
Lorsque les officiers arrivèrent, Dahmer ramenait le garçon chez lui. Les policiers questionnèrent Dahmer, qui répondit calmement que Konerak était son amant, et qu’il était majeur ! Pourtant, des voisins affirmèrent aux policiers que Konerak n’était qu’un adolescent. Mais, comme le jeune laotien ne parlait pas bien anglais, les policiers le laissèrent avec Dahmer et partirent ! Pour eux, il n’était qu’un "petit PD bourré", ils firent même des blagues à son sujet sur leur radio !
Dahmer ramena le garçon chez lui et l’étrangla immédiatement. Il le démembra et plaça son corps dans de l’acide. Konerak fut déclaré "disparu" le 27 mai 1991. On retrouva son crâne dans l’appartement de Dahmer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:49

Suite

La série meurtrière continua, Dahmer se mit à tuer de plus en plus fréquemment.

Un mois plus tard, Dahmer tua à nouveau, le 30 juin 1991, il alla à la la parade de la Gay Pride de Chicago et rencontra un jeune homme noir, Matt Turner, à la gare routière. Lui aussi voulait être mannequin. Dahmer l’invita à Milwaukee. Il lui paya le voyage en bus, puis le trajet jusqu’à son appartement. Là, Dahmer étrangla Matt Turner. Sa tête et ses organes internes furent découverts dans le frigo, et son torse dans la cuve d’acide de la chambre à coucher.
JPG - 14.6 ko
Apprtement 213

Une semaine plus tard, le 5 juillet 1991, encore à Chicago, Dahmer rencontra Jeremiah Weinberger, un jeune portoricain, au "Carols Gay Bar". Dahmer paya de nouveau le voyage vers Milwaukee en bus et le taxi jusqu’à son appartement. Ils eurent une relation sexuelle puis s’endormirent.
La disparition de Weinberger fut déclarée le lendemain, mais il était encore en vie, chez Dahmer. Jeremiah avait voulu repartir à Chicago, Dahmer lui avait offert un verre. Dès que le jeune homme s’était endormi, Dahmer lui avait injecté de l’eau bouillante dans le cerveau après avoir percé son crâne. Jeremiah survécut, dans un état comateux, durant deux jours. Puis Dahmer décida de l’étrangler. La tête de Weinberger fut trouvée dans le frigo et son torse dans la cuve d’acide, avec celui de Turner.

Le 15 juillet 1991, Dahmer fut suspendu de son emploi à la fabrique de chocolat "Ambrosia" alors qu’il y travaillait depuis 6 ans... Il semble qu’il passait trop de temps chez lui, plutôt qu’au travail. Dahmer en fut vraiment contrarié.
Le même jour, il rencontra un jeune homme noir, Oliver Lacy, sur la 27ème Rue. Lacy suivit Dahmer chez lui. Ils eurent des relations sexuelles, puis Dahmer le drogua et l’étrangla. Il prit plusieurs photographies de sa victime avant et après l’avoir décapitée. Pendant qu’il le démembrait, Dahmer eut des rapports sexuels avec le cadavre. Il conserva son coeur dans son frigo et sa tête dans son réfrigérateur.

Le 19 juillet, il fut officiellement renvoyé de la chocolaterie "Ambrosia".
Le même jour, Dahmer rencontra un homme blanc nommé Joseph Bradehoft, originaire de Greenville, dans l’Illinois. Il pleuvait beaucoup et Joseph avait un pack de bières dans les bras. Il accepta l’invitation de Dahmer à son appartement. Ils eurent des relations sexuelles, puis Bradehoft fut drogué et étranglé.
Dahmer le laissa sur son lit, couvert par les draps, durant deux jours, et dormit avec le cadavre. Puis, il le nettoya et le démembra. Quand Dahmer fut arrêté, trois jours plus tard, la tête de Bradehoft était dans le frigo, et son torse flottait dans la cuve d’acide, avec ceux de Turner et Wienberger.

Dahmer semblait ne plus se contrôler, il faisait beaucoup moins attention et tuait de plus en plus souvent.

Le 22 juillet, Dahmer rencontra Tracy Edwards, un jeune homme noir. Il l’amena dans son appartement et lui offrit un verre. Edwards raconta par la suite que Dahmer avait sorti un couteau et, du gentil Docteur Jekyll, s’était transformé en méchant Mister Hyde...
Dahmer lui fit des avances sexuelles. Tracy commença à lutter quand Dahmer referma des menottes sur son poignet droit. Quand Dahmer alla chercher un couteau, Tracy se précipita comme il le pouvait vers la porte, qui n’était pas fermée à clé. Dahmer essaya de le ramener à l’intérieur. Ils commencèrent à se battre. Dahmer reçut un coup sur la tête qui le projeta à terre. Tracy courut dans le couloir et sortit de l’immeuble.

Les officiers de police Muller et Rauth faisaient leur patrouille de nuit sur Kilbourn Avenue et, lorsqu’ils parvinrent sur la 25ème rue, Tracy Edwards leur hurla de s’arrêter. Terrifié, il expliqua aux policiers qu’un homme avait essayé de le tuer. Les policiers tentèrent d’enlever les menottes du poignet d’Edwards mais leurs clés n’étaient pas les bonnes. Aussi, Mueller et Rauth escortèrent Edwards jusqu’à l’appartement de Dahmer, au 213.
La porte fut ouverte par Dahmer, blanc et blond. L’intérieur de l’appartement était propre et ordonné. Dahmer reconnut que les menottes étaient bien à lui et désigna sa chambre à coucher, expliquant que les clés devaient être sur la commode. À ce moment-là, les policiers pensaient encore être en présence d’une querelle d’homosexuels qui avait failli mal tourner, rien de plus...

Mais, dans la chambre de Dahmer, les officiers de police trouvèrent un couteau de boucher présentant des traces de sang, ainsi que 74 Polaroïds montrant des hommes "dans des activités homosexuelles" (sic). Certaines de ces photos présentaient des hommes morts. Sur plusieurs d’entre elles, les corps étaient démembrés et mutilés.
L’officier Mueller réalisa que les photographies avaient été prises dans la chambre. Dahmer, toujours calme, dit : "Je viens de perdre mon boulot, vous savez. Je voudrais bien boire une putain de bière". L’un des policiers ouvrit alors le réfrigérateur... et se mit à hurler. Il y avait une tête coupée à l’intérieur. Dahmer tenta de s’enfuir, mais les deux policiers le plaquèrent au sol et lui passèrent des menottes.

Leurs collègues continuèrent à fouiller l’appartement, et firent d’horribles découvertes. La porte qui menait à la chambre à coucher et à la salle de bain avait été équipée d’un verrou.

(JPG) Une boîte de bicarbonate de soude dans le réfrigérateur absorbait difficilement l’odeur de décomposition de la tête coupée. Dans le frigo, il y avait trois autres têtes, côte à côte dans des sacs plastiques fermés, ainsi qu’un coeur.
Anne E. Schwartz, la journaliste qui fut la première sur les lieux, décrit ce qu’elle vit dans son livre "The Man Who Could Not Kill Enough" : "...au fond du placard, il y avait une marmite métallique qui contenait des mains et des pénis décomposés. Sur l’étagère, il y avait deux crânes. Dans le placard, il y avait aussi des récipients d’alcool, de chloroforme et de formaldéhyde, ainsi que des bocaux contenant des organes génitaux préservés dans du formaldéhyde..."
"Trois autres crânes furent trouvés dans une commode. Une penderie contenait un squelette complet, des scalps humains desséchés, et des organes génitaux. Dans une boîte, il y avait deux autres crânes. Dans une cuve de 260 litres d’acide, la police trouva trois torses humains dans différents états de décomposition..."

(JPG) Certains des Polaroids avaient été pris par Dahmer alors qu’il démembrait ses victimes. "L’un représentait la tête d’un homme dans un évier. Un autre montrait une victime incisée du cou à l’aine, comme un cerf étripé après la chasse, avec une coupure si nette qu’on pouvait voir l’os pelvien".
Certaines de ses photos montraient ses victimes avant qu’il ne les tue, dans diverses poses érotiques ou lors de séances de "bondage".

On trouva également des cartes de crédits, des permis de conduire et des cartes d’identité ayant appartenu aux victimes de Dahmer.

Il n’y avait aucune nourriture dans le réfrigérateur, rien que des condiments. Bien que Dahmer sembla se nourrir de ses victimes, au moment de son arrestation, il était très mince.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:49

Le 25 juillet 1991, Dahmer fut inculpé de 4 homicides volontaires et sa caution fut fixée à 1 million de dollars, comptant. Le 4 août, la police retourna la terre dans le jardin de la maison d’enfance de Dahmer à Bath et découvrit des fragments d’os humains. Le 6 août 1991, la caution de Dahmer passa à 5 millions de dollars lorsque 8 accusations de meurtre supplémentaires furent ajoutées aux précédentes. Finalement, le 22 août, Dahmer fut accusé de 15 meurtres. La plus longue phrase que Dahmer murmura durant l’audience préliminaire fut : "Je comprends, votre honneur", lorsque le juge lui demanda s’il comprenait les charges retenues contre lui.

Le 22 août 1991, Dahmer plaida "non coupable pour cause d’aliénation mentale".

Le 13 juillet 1992, Dahmer ignora les conseils de son avocat et changea de défense. Il plaida coupable. Selon Don Davis, dans son livre "The Milwaukee Murders" : "la déclaration de Dahmer retourna complètement l’affaire. À présent, au lieu d’avoir à prouver que cet homme n’avait pas commis ces meurtres, l’avocat Gerald Boyle devait dérouler l’une des plus sanglantes tapisseries jamais vues dans un tribunal américain. Sa tâche était de convaincre le jury que Dahmer était fou, parce que seule une personne dérangée aurait pu faire ce qu’il avait fait."

Deux enquêteurs lurent tour à tour la confession de 160 pages de Dahmer. C’était un catalogue de perversions sexuelles. Le détective Dennis Murphy déclara que Dahmer "ressentait une immense culpabilité en raison de ses actions. Il se sentait complètement mauvais." (mensonge ou vérité, il était donc conscient de la gravité de ses actes).
Ensuite, il cita la propre confession de Dahmer : "Il est difficile pour moi de croire qu’un être humain a pu faire ce que j’ai fait, mais je sais que je l’ai fait". Dahmer déclara que sa peur d’être arrêté avait été balayée par l’excitation de contrôler complètement sa victime. (JPG)La bataille des psychiatres pour savoir si Dahmer était ou non responsable légalement (et donc capable de contrôler ses actes) sembla embrouiller le jury. Finalement, l’avocat de Dahmer dessina un tableau pour le jury, qu’il lut rapidement : "des crânes dans le placard, cannibalisme, pulsions sexuelles, perforage de crâne, créer des zombies, nécrophilie, boire de l’alcool tout le temps, essayer de créer un sanctuaire, lobotomies, dépeçage, appeler des taxidermistes, visiter des cimetières, se masturber... Ceci est Jeffrey Dahmer, un train fou sur les rails de la folie..."
Le Procureur McCann réfuta ces arguments : "Il n’était pas un train fou, il était le conducteur ! Il satisfaisait ses incroyables désirs sexuels. Mesdames et messieurs, il a trompé beaucoup de gens. Je vous en prie, ne laissez pas cet assassin vous tromper".

Le jury délibéra pendant cinq heures, et décida que Jeffrey Dahmer ne méritait pas de passer le reste de sa vie dans un asile de fou... mais plutôt en prison. Il fut reconnu coupable des 15 meurtres et déclaré saint d’esprit.

(JPG) Dahmer écrivit une confession en forme d’excuse au juge (mais pas aux familles), relatant une odyssée sanglante de trente ans. "Votre Honneur : c’est terminé, maintenant. Il n’a jamais été question de me libérer. Je ne voulais pas la liberté. Franchement, je voulais la mort. Il fallait dire au monde que j’ai fait ce que j’ai fait, mais pas par haine. Je n’ai jamais haï personne. Je savais que j’étais malade ou mauvais ou les deux. Maintenant, je crois que j’étais malade. Les docteurs m’ont parlé de ma maladie, et maintenant, je me sens en paix... Je sais le mal que j’ai causé... Remerciez Dieu car je ne pourrai plus faire de mal. Je crois que seul le Seigneur Jésus Christ peut me sauver de mes péchés... Je ne demande pas de considération."

Dahmer fut condamné 15 fois à la prison à vie ou un total de 957 années de prison.

Il s’adapta très bien à la vie en prison au Columbia Correctional Institute de Portage, dans le Wisconsin. Il fut placé avec les autres prisonniers, ce qui compromit sa sécurité. Il fut attaqué le 3 juillet 1994, durant un service religieux, par un Cubain qu’il n’avait jamais vu auparavant. On le plaça alors dans la zone de Haute Sécurité.

Dahmer, prisonnier modèle, convainquit les autorités pénitentiaires de l’autoriser à avoir plus de contacts avec ses codétenus. Il fut autorisé à manger dans les zones communes et on lui donna des travaux de nettoyage à faire dans des équipes de prisonniers.

Le matin du 28 novembre 1994, Dahmer lavait le sol des douches avec deux prisonniers très dangereux : Jesse Anderson, un homme blanc qui avait tué sa femme et accusait un homme noir de l’avoir fait, et Christopher Scarver, un jeune noir schizophrène qui pensait être le fils de Dieu, et qui était en prison pour meurtre (et aurait dû être dans un asile, lui).
Il n’est pas difficile d’imaginer comment Scarver voyait Dahmer, qui avait tué tant d’hommes noirs, et Anderson, qui accusait un noir de son crime. Une combinaison désastreuse.
Vingt minutes après qu’ils aient commencé à laver, un gardien revint pour voir si tout allait bien. Il trouva Dahmer face contre terre, dans une mare de sang, le crâne fracassé. Anderson était couché dans une douche, en sang lui aussi. Scarver leur avait frappé la tête contre le sol et les murs des douches. Dahmer décéda durant le transport à l’hôpital. Jesse Anderson mourut peu après. Scarver déclara : "Dieu m’a dit de le faire !" Il fut condamné pour la deuxième fois à la prison à vie pour ces deux meurtres...

A la demande de sa mère, le cerveau de Dahmer fut préservé dans du formaldéhyde pour qu’il soit étudié...
Une année après sa mort, les parents de Dahmer commencèrent à se battre au sujet de leurs fils. Enfin, pourrait-on dire...
Le 12 décembre 1995, cette saga absurde se termina enfin, lorsqu’un juge donna raison au père de Dahmer, qui voulait honorer la requête de son fils : être incinéré. Chacun des parents de Dahmer reçut la moitié de ses cendres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:50

Ses victimes[i][u]

Victimes

(JPG) Steven Hicks (19 ans)
Dahmer l’a pris en stop, puis l’a ramené chez sa mère, le 18 juin 1978, à Bath Township (Ohio). Il lui a fait boire de l’alcool jusqu’à ce qu’il soit complètement saoul, puis l’a frappé avec un haltère et l’a finalement étranglé.


(JPG) Steven Tuomi (24 ans)
Dahmer lui a fait boire de l’alcool jusqu’à ce qu’il complètement saoul, puis l’a étranglé et a essayé d’arracher son coeur, à l’Ambassador Hotel, le 15 septembre 1987.



(JPG) James "Jamie" Doxtator (14 ans)
Dahmer l’a drogué puis étranglé dans la maison de sa grand-mère, à West Allis, dans le sud de Milwaukee, le 16 janvier 1988.





(JPG) Richard Guerrero (23 ans)
Dahmer l’a drogué puis étranglé dans la maison de sa grand-mère le 24 mars 1988.





(JPG) Anthony Sears (26 ans)
Dahmer l’a drogué puis étranglé dans la maison de sa grand-mère le 25 mars 1989.





(JPG) Raymond Lamont Smith (33 ans)
Dahmer l’a drogué et étranglé, puis a eu des rapports sexuels avec le cadavre, au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 20 mai 1990.





(JPG) Edward W. Smith (27 ans)
Dahmer a attiré Edward Smith dans son appartement du 213, Oxford Apartments, North 25th street, où il l’a drogué et étranglé, le 24 juin 1990.




(JPG) Ernest Miller (22 ans)
Il a été attiré par Dahmer au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 3 septembre 1990. Dahmer l’a drogué puis lui a coupé la gorge.





(JPG) David Thomas (23 ans)
Dahmer lui a offert un verre d’alcool mélangé à des somnifères puis l’a étranglé, au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 24 septembre 1990.




(JPG) Curtis Straughter (19 ans)
Dahmer lui a offert un verre d’alcool mélangé à des somnifères puis l’a étranglé, au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 18 février 1991.




(JPG) Errol Linsey (19 ans)
Il a été attiré par Dahmer au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 7 avril 1991. Dahmer l’a étranglé.





(JPG) Anthony Hughs (31 ans)
Il était sourd-muet, mais Dahmer a réussi à l’attirer chez lui, au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 24 mai 1991. Une fois à l’intérieur, Dahmer l’a drogué et étranglé.




(JPG) Konerak Sinthasomphone (14 ans)
Konerak a été drogué et torturé avant d’être étranglé au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 27 mai 1991.





(JPG) Matt Turner (20 ans)
Il a été attiré par une proposition de séance photos à 50 dollars, au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 30 juin 1991. Dahmer l’a drogué et étranglé.




(JPG) Jeremiah "Jeremy" Weinberger (23 ans)
Tout comme Konerak, Dahmer l’a attiré chez lui, l’a drogué, puis a percé un trou dans son crâne, au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 7 juillet 1991.




(JPG) Oliver Lacy (23 ans)
Il a été drogué et étranglé au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 15 juillet 1991.





(JPG) Joseph Bradehoft (25 ans)
Il a été attiré chez Dahmer, puis a été drogué et étranglé au 213, Oxford Apartments, North 25th street, le 19 juillet 1991.





(JPG) Tracy Edwards (32 ans)
Le 22 juillet 1991, Tracy a été attiré dans l’appartement de Dahmer, où celui-ci lui a offert une boisson avec des somnifères. Mais il s’est battu avec Dahmer et est parvenu à sortir de l’appartement. Tracy a arrêté une voiture de police qui patrouillait. Il a mené les policiers jusqu’à l’appartement de Dahmer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:51

Mode opératoire

Enfant, Jeffrey Dahmer aimait disséquer de petits animaux. Une fois adulte, il a fait la même chose, mais avec des humains. Il attirait des homosexuels, des sans-abris, de jeunes marginaux dans son appartement, en leur promettant du sexe, de la drogue ou de l’argent. Parfois, ils discutaient tranquillement et avaient des rapports sexuels. Mais, ensuite, Dahmer leur offrait un verre d’alcool mélangé à des somnifères et lorsqu’ils s’étaient endormis, il les tuait.

Ce n’est qu’une fois que sa victime était morte que Dahmer "prenait vie". Il avait souvent des rapports sexuels nécrophiles avec le cadavre. Il a toujours été assez consciencieux pour utiliser un préservatif ; il était donc totalement en possession de ses moyens et, contrairement à ce qu’il a affirmé tout au long de son procès, il n’était pas un "aliéné mental irresponsable ne sachant pas ce qu’il faisait" !

Il a aussi mutilé les corps de ses victimes et a expérimenté différentes manières de disposer les cadavres, comme des jouets qu’il triturait dans tous les sens. Il en a pris de nombreuses photos.
Par deux fois, il a tenté de faire de sa victime un "zombie", en lui perçant le crâne et en lui injectant des substances dans le cerveau. Il voulait que sa victime soit totalement en son pouvoir, qu’elle obéisse au moindre de ses ordres... et qu’elle reste avec lui.

Après avoir disposé de sa victime, Dahmer la démembrait. Il ne l’a jamais fait avec une tronçonneuse, mais avec un grand couteau de cuisine, dans sa baignoire. Il a "affiné" sa manière de faire disparaître les corps, à mesure qu’il tuait. Les dernières victimes ont toutes été démembrées.
Puis, Dahmer a plongé leur corps en morceaux dans sa cuve d’acide pour enlever les chairs. Il a ensuite jeté l’espèce de gelée résultant de ce traitement à la poubelle et, soit il a gardé les os comme "décoration", soit il les a réduits en morceaux pour les jeter dans la cuvette des toilettes."La première fois, je n’ai pas su quoi faire avec les restes du corps. Mais une fois que j’ai commencé à le faire, c’est devenu sexuellement excitant pour moi".

En général, les tueurs en série chassent dans leur propre groupe ethnique. Mais Dahmer avait une préférence, une attirance, certaine pour les hommes noirs.

Dernier point... On peut s’étonner qu’aucun des voisins de Dahmer ne se soit jamais inquiété des innombrables allées et venues de Dahmer, et des nombreuses visites de jeunes hommes qui ne semblaient jamais repartir de chez lui. "Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés" ?

La police a eu plusieurs occasions d’arrêter Dahmer avant 1991. De jeunes hommes se sont plaints d’avoir été drogués et violés par Dahmer, et les policiers l’ont interrogé au moins une fois, sans résultat.
Milwaukee est une ville ouvrière, avec de nombreux émigrants allemands et hollandais (protestants et souvent puritains). La police était (est toujours ?) franchement homophobe. Comme Dahmer était blond aux yeux bleus, beau parleur et surtout grand menteur, et que les plaintes étaient déposées par des homosexuels, les policiers ne faisaient sans doute pas de gros efforts. En 1988, la police questionna Dahmer au sujet d’un homme qui prétendait avoir été drogué et volé dans la maison de sa grand-mère. La police ne poursuivit pas plus loin après que Dahmer ait nié ces accusations.
En 1988 encore, la police fouilla son appartement après qu’il ait été accusé d’avoir agressé sexuellement un adolescent. Dahmer fut par la suite reconnu coupable et passa 10 mois en maison de correction, mais les policiers, durant leur "fouille", manquèrent les photos, les crânes et les autres preuves de ses crimes.
Un jour, il y eut un meurtre dans l’immeuble de Dahmer et, selon ses dires, la police "entra à nouveau dans mon appartement, jeta un oeil, mais ne vit rien". Ne parlons même pas de la réaction des agents de police quand ils ont rendu Konerak, nu, affolé et hagard, à un Jeffrey Dahmer calme et souriant, alors que les voisins affirmaient que le gamin n’avait que 14 ans.
Et quand un voisin se plaignit de l’odeur affreuse qui provenait de l’appartement de Dahmer (en 1991), les policiers questionnèrent... le locataire d’un autre appartement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:55

Motivations

(JPG) Comme la majorité des tueurs en série, Dahmer considérait ses victimes comme des objets, des choses qui n’existaient que pour lui donner du plaisir. Un plaisir sexuel, mais aussi, et surtout, le plaisir de posséder une personne comme un objet, d’avoir un pouvoir total sur elle. À défaut d’avoir la maîtrise de sa vie, Dahmer voulait maîtriser celle de ses victimes.

Il a avoué lui-même qu’il n’arrivait pas toujours à assouvir totalement ses désirs, ses fantasmes. Alors, il tuait un autre homme, avec l’espoir que, cette fois, le plaisir serait entier. Mais il n’a jamais réussi à obtenir une satisfaction totale, et il a dû recommencer, recommencer et recommencer : "J’étais complètement balayé par ma compulsion. (Après le meurtre de Doxtator...), ça ne m’a pas complètement satisfait, alors j’ai pensé qu’un autre, peut-être, le ferait. Peut-être que celui-là va me satisfaire, enfin, et le nombre de types a commencé à grandir, à augmenter et augmenter, et c’est devenu incontrôlable, comme vous pouvez le voir".
Comme pour d’autres tueurs en série, le nombre des victimes de Dahmer a augmenté à mesure qu’il "s’habituait à tuer" et que le désir devenait plus fort : une en 1987, deux en 1988, une en 1989, quatre en 1990, et huit en 1991, jusqu’à son arrestation. Les derniers meurtres n’ont été séparés que de quelques jours.

Il voulait surtout que ces jeunes hommes ne l’abandonnent pas. Il semblerait, d’après les experts chargés de son cas par le tribunal, que Dahmer ne supportait aucune forme de séparation d’avec les gens auxquels il s’attachait. A fortiori, il ne pouvait supporter qu’on le quitte.
Le cannibalisme semble suivre le même but : il consommait ses victimes pour qu’elles fassent à jamais partie de lui, qu’elles soient en lui.

(JPG) Il a dit lui-même qu’il ne haïssait pas ses victimes et ne désirait pas leur faire du mal, il voulait les contrôler. "Je n’étais pas intéressé par la torture. Tout ce que je voulais, c’était que ce soit rapide et sans douleur pour eux. Je sais que ça a l’air ridicule que je dise ça, mais c’était vraiment mon but. Et après, j’avais un contrôle total sur eux, alors je n’avais pas à m’inquiéter du fait qu’ils pourraient partir le lendemain matin et je pouvais réaliser mes fantasmes".
"Je ne les haïssais pas, non. C’était... Je... C’était le seul moyen que je connaissais pour les garder avec moi. Ça me donnait une sensation de contrôle total, et ça augmentait l’excitation sexuelle, je suppose, de savoir que j’avais ce contrôle et que je pouvais faire d’eux tout ce que je voulais".

Dahmer préférait les rapports sexuels avec des cadavres plutôt qu’avec des êtres vivants. La possession et le viol d’une victime vivante n’étaient pas ce qui l’intéressait le plus, il n’était pas un sadique. (Lorsqu’il a percé le crâne de Konerak, ce n’était pas dans le but de le faire souffrir, mais pour faire une expérience, pour essayer d’en faire un zombie). Le sexe avec des êtres vivants n’était pas "aussi bon", a expliqué Dahmer, parce qu’ensuite "ils se levaient et s’en allaient".
La plupart des tueurs en série considèrent que "c’est fini" lorsque leur victime meurt. Tout ce qu’ils font les conduit à ça. Ils les attachent, ils aiment les entendre crier et supplier. Ils se sentent bien, supérieurs, puissants, dominateurs... Dans le cas de Dahmer, tout se passait après la mort. Tout ce qui l’intéressait et lui procurait une satisfaction commençait après la mort de sa victime. Ses fantasmes se focalisaient sur le contrôle complet d’une personne.

On peut aussi noter que Dahmer, alcoolique, devenait violent lorsqu’il avait trop bu. C’est sans doute ce qui est arrivé avec Steven Tuomi.

(JPG) Selon Robert Ressler, ancien profiler au FBI qui a discuté avec de nombreux tueurs en série, Jeffrey Dahmer suggérait une "nouvelle espèce" de tueur en série. En effet, Ressler a découvert en Dahmer seul plus de caractéristiques typiques des tueurs en série que chez tous les autres qu’il avait pu rencontrer auparavant. (les exemples qu’il site dans son livre "Whoever Fights Monsters" sont ceux de Richard Chase, John Wayne Gacy, Ted Bundy et Ed Kemper). Ressler est parvenu à cette conclusion après avoir parlé avec Dahmer durant 2 jours entiers. Il a également conclu que Dahmer était fou et a témoigné en ce sens lors de son procès. En fait, lorsque les entrevues furent terminées, Ressler écrivit dans son livre : "Je ressentais uniquement de l’empathie envers la personne tourmentée et tordue assise en face de moi".
Cependant, un autre profiler, John Douglas, co-auteur de "Mind Hunter", a lui un avis totalement opposé ! Il ne considère pas du tout que Dahmer soit fou.

Dahmer vit plusieurs psychiatres après avoir été condamné pour "violation de l’ordre public", puis pour "abus sur mineur".
Aucun des psys ne déclara qu’il était fou ou psychopathe. Ils parlèrent plutôt d’un jeune homme pessimiste, déprimé, solitaire, menteur, impulsif et... dangereux.

Pour vous montrer l’état d’esprit de Dahmer, voici une description de son appartement tel que l’ont trouvé les policiers :

"Les portes de l’appartement de Dahmer, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, étaient renforcées par de multiples verrous et un système d’alarme. Sur les murs de la chambre à coucher et du hall, Dahmer avait encadré des photographies et des posters d’hommes nus dans des poses "artistiques" et clairement destinées à attirer un homosexuel. Il y avait des canettes de bière vides et de la vaisselle sale, et des cassettes vidéo pornographiques un peu partout, la plupart dans le genre "explicite" commercialisé en Californie.
Parmi les titres que Dahmer possédait, il y avait "Le grand brun et beau Chippendales", "Rock Hard", "Hard men 2", "Hard men 3", "Peep Show" et "Vague de chaleur tropicale"...


On trouva également des vidéos non pornographiques, parmi lesquelles deux cassettes dont on allait parler plusieurs fois durant le procès de Dahmer : "L’exorciste 3" et "Le retour du Jedi"." Dahmer était fasciné par ces deux films qu’il revoyait sans cesse. Pourquoi ? Parce que, dans ces films, les "méchants" sont dotés de pouvoirs extraordinaires et douloureux, et qu’ils maîtrisent leurs victimes, qui ne peuvent se défendre. Dahmer regardait ces passages précis des deux films, quasiment en boucle.
Les policiers trouvèrent également une vidéo présentant un documentaire sur l’évolution selon Darwin. Dahmer a lu "Origine des espèces à l’aide de la sélection naturelle....." par Darwin. Et il a dit : "Si une personne ne pense pas qu’il y a un Dieu à qui on doit rendre des comptes, alors à quoi cela peut-il servir d’essayer de modifier son comportement pour le garder dans un domaine acceptable ? C’est ce que je pense, en tout cas. J’ai toujours pensé que la théorie de l’évolution était vraie, que nous venons tous de la boue. Quand nous mourrons, vous savez, c’est ça, il n’y a rien...".
S’il croyait que "seuls les forts survivent" est la seule loi morale dans la nature, alors pour lui, il ne faisait rien de mal, excepté que ses meurtres n’ont pas produit de progéniture.

(JPG) "Les policiers découvrirent également des objets plus surprenants : une bible, des cassettes audio sur "La science de la création et la Bible", et d’autres cassettes intitulées "Le Déluge de la Génèse" et "La Bible, la Science et l’Age de la Terre"." Dahmer, sans doute influencé par la profonde religiosité de sa grand-mère, voulait créer un "sanctuaire" dans son appartement, avec les crânes et les squelettes de ses victimes. Il en a même fait des dessins. Il y aurait fait figurer tous ses "trophées", sa statue représentant un griffon, et de l’encens brûlant dans les crânes de ses victimes, pour qu’il puisse recevoir "une énergie et un pouvoir spéciaux afin de l’aider socialement et financièrement." Lorsque Dahmer a été arrêté, il a raconté en détail (aux policiers et au FBI) tout ce qu’il avait fait parce qu’il : "s’inquiétait au sujet du Jugement Dernier"... Peut-être pensait-il que "faute avouée est à moitié pardonnée".

"Il y avait d’autres cassettes audio concernant la "Numérologie et le Triangle Divin", et un kit d’apprentissage en latin ( !). Finalement, il y avait quatre livres qui expliquaient comment s’occuper de poissons et d’aquarium. Les policiers trouvèrent d’ailleurs un bel aquarium, propre et sain, rempli de plantes et de poissons exotiques..."


Dahmer adorait les animaux, notamment les poissons...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 12:57

Citations

"J’ai vraiment merdé, cette fois" : Jeffrey Dahmer, à son père, après son arrestation.

"Je ne sais pas pourquoi ça a commencé. Je n’ai aucune réponse précise moi-même. Si je connaissais les vraies raisons, les raisons réelles pour lesquelles tout ça a débuté, avant même que ça ait commencé, je n’aurais probablement jamais rien fait de tout ça" : Jeffrey Dahmer.

"Je savais que ma grand-mère se réveillerait et je voulais qu’il reste avec moi... alors je l’ai étranglé... Je l’ai emmené dans ma chambre et j’ai fait semblant qu’il était encore vivant" : Jeffrey Dahmer.

" ... Comme des flèches, traversant mon esprit à l’improviste, quand je ne m’y attendais pas" : Jeffrey Dahmer, parlant de ses fantasmes.

"Cette nuit dans l’Ohio, cette nuit... impulsive. Rien n’a été normal depuis. Ça entache votre vie entière. Après que ce soit arrivé, j’ai pensé que j’allais juste essayer de vivre aussi normalement que possible, et que j’allais enterrer ça. Mais les choses comme ça ne restent pas enterrées. Je ne pensais pas que ça le ferait, mais ça le fait, ça infecte toute votre vie" : Jeffrey Dahmer, parlant de son premier meurtre, celui de Steven Hicks.

"Oui, j’ai des remords, mais je ne suis pas sûr, moi-même, qu’ils soient aussi profonds qu’ils devraient l’être. Je me suis toujours demandé pourquoi je ne ressens pas plus de remords" : Jeffrey Dahmer.

"Après que la peur et la panique provoquées par ce que j’avais fait aient disparu (le meurtre de Tuomi), ce qui a pris environ 1 mois ou 2, j’ai recommencé. À partir de ça, c’était comme un désir, une faim, je ne sais pas comment le décrire, une compulsion, et j’ai continué à le faire, et à le faire encore, et encore, dès que l’opportunité se présentait" : Jeffrey Dahmer.

"C’est comme si un gros morceau de moi avait été arraché et je ne suis plus vraiment entier. Je ne pense pas que je dramatise ça, et je mérite sûrement d’être ici. Mais, c’est comme si vous parliez à quelqu’un qui est en phase terminale d’une maladie et qui est proche de la mort. La mort serait préférable pour moi, plutôt que ce que j’affronte en ce moment. Je me sens comme si j’allais imploser, vous comprenez ? Je veux juste aller quelque part et disparaître" : Jeffrey Dahmer, en prison (loin de chez lui et de ses proies éventuelles).

"J’aurais dû aller à l’université et étudier les biens immobiliers et m’acheter un aquarium, c’est ce que j’aurais dû faire." ( !) : Jeffrey Dahmer.

"Je ne pouvais pas trouver de sens à ma vie quand j’étais dehors. Je suis persuadé que je ne vais pas le trouver ici non plus (en prison). C’est l’apothéose d’une vie médiocrement employée et le résultat final est terriblement déprimant... C’est juste l’histoire dégoûtante, pathétique, vile et misérable d’une vie, rien d’autre. Comment ça peut aider quelqu’un, je n’en sais rien." : Jeffrey Dahmer.


Bibliographie

Livres en francais :

Le Monstre de Milwaukee
(JPG) Auteur : Don Davis
Edition : J’ai Lu - "Crimes et Enquêtes"
Paru en : 1993
Résumé : Traduction du livre original de Don Davis "The Milwaukee Murders : Nightmare in Apartment 213 : The True Story".
Critique : Excellent. Don Davis est un spécialiste des livres présentant les tueurs en série et les affaires criminelles. C’est détaillé, clair et pas trop gore.


Le Cannibale de Milwaukee
Auteur : Stephane Bourgoin
Edition : Méréal
Paru en : 1999
Résumé : Un portrait réalisé par l’excellent Stephane Bourgoin.
Critique : Clair, précis, détaillé. Beaucoup de photos, des interviews. Parfait. (Disponible dans "Le livre noir des Serial Killers")


Les Sanguinaires
(GIF) Auteur : Jacques Vergès
Edition : Michel Lafon
Paru en : 1992
Résumé : Ce livre présente plusieurs portraits de tueurs en série célèbres, dont celui de Dahmer.
Critique : Un exposé clair de l’affaire, qui s’attache plus au dysfonctionnement policier, au particularisme de la société américaine ou au rôle des médias qu’à la psychologie de Dahmer lui-même.

Je ne vous ai citez que les livres français il en existe aussi en anglais que je trouverais sur le site si vous êtes interessés


Film inspiré du cas de Dahmer :

The Secret Life of Jeffrey Dahmer
(JPG) Réalisateur : David Bowen
Production : Moonlith Films
Durée : 100 mn
Sorti en : 1993
Résumé : Ce film est basé sur la vie de Jeffrey Dahmer.
Critique : (tirée de IMDB) "L’acteur qui joue Dahmer est excellent. Le film montre bien que Dahmer n’avait pas de vraie vie, le néant total. Le film est bien documenté, pas trop "gore", et il y a de l’émotion aussi. La seule erreur du film est que Dahmer est présenté comme un type assez "branché" alors que c’était tout le contraire, en réalité. Mais le reste est proche de la réalité. Son enfance, toutes les années durant lesquelles il a tué, et l’abandon qu’il ressentait si souvent... Très bon film".

Dahmer
(JPG) Réalisateur : David Jacobson
Production : Blockbuster Films
Durée : 1h40
Sorti en : 2002







Documentaires :

American Justice : Dahmer : Mystery of a Serial Killer
(JPG) Production : A & E Entertainment
Durée : 50mn
Résumé : Comment expliquer qu’un tueur, sans aucun motif, que ce soit la haine ou la peur, prenne la vie d’un être ? La police est-elle capable de résoudre de telles affaires ? Alors que les atrocités des crimes de Dahmer étaient mises à jour, de nombreuses personnes se sont demandé pourquoi la police de Milwaukee ne l’avait pas arrêté plus tôt. Les familles des victimes notamment. Des policiers et des "officiels" tentent de s’expliquer. Le profiler Robert Ressler détaille également le profil psychologique de Dahmer.


Biography : Jeffrey Dahmer The Monster Within
(JPG) Production : A & E Entertainment
Durée : 50 mn
Année : 1996
Résumé : Quel est l’aspect le plus dérangeant de la personnalité de Dahmer ? Sa fascination pour la mort ? Son cannibalisme ? Sa nécrophilie ? Ou était-ce son apparence de normalité ? Ce documentaire explore la conscience de ce tueur psychopathe. Grâce à des interviews avec la police, les psychiatres et les parents de Dahmer, il tente de trouver les origines des pulsions meurtrières de Dahmer.


Murder by Number : Inside the serial killers
(JPG) Auteur : Richard Roth
Production : CNN
Durée : 116mn
Année : 1993
Résumé : Un regard en profondeur sur le phénomène des tueurs en série : entrevues avec des tueurs, leurs familles, des criminologues, des psys, les familles des victimes, et même les survivant(e)s éventuel(le)s. Qui sont ces tueurs ? Pourquoi tuent-ils ? Pouvons-nous les arrêter ?


The Trial of Jeffrey Dahmer : The Actual Courtroom Video
(JPG) Production : Magnum Video
Durée : 120mn
Résumée : Aux États-Unis, les procès peuvent être filmés. Celui de Dahmer l’a donc été. On y donne une chronologie complète de la vie de Dahmer, deux hommes qui lui ont échappé témoignent, la police lit la confession complète de Dahmer... etc. Certaines descriptions sont choquantes. Âmes sensibles, s’abstenir.


The Trial of Jeffrey Dahmer, Serial Killer
(JPG) Production : Fast Forward Market
Année : 1992
Résumé : The Trial Of Jeffrey Dahmer fournit un compte-rendu bouleversant des activités de Dahmer. Les scientifiques et les psy donnent leurs opinions, essentielles pour l’accusation qui tente de prouver que Dahmer savait ce qu’il faisait et n’était pas fou. Ce film propose des extraits du procès de Dahmer mais explique aussi la vie de Dahmer, son enfance, ses actes, sa psychologie. Il s’attarde sur le "combat" du procès : l’irresponsabilité pour cause d’aliénation mentale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ava Gubler
Stagiaire 1ère année
Stagiaire 1ère année
avatar

Féminin Nombre de messages : 131
Age : 31
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Ven 3 Aoû - 23:17

wow!! quel boulot!!
merci!!
quand on voit sa bio et la liste des victimes ça fout vraiment la trouille!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KarelleAlisha Alba
Agent de liaison
Agent de liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 37
Localisation : va de service en service
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   Sam 4 Aoû - 0:33

OUI c'est impressionnant!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeffrey Dahmer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeffrey Dahmer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JONES Jeffrey
» Jeffrey EUGENIDES - Virgin Suicides
» POPLAKOV JEFFREY Major models
» VIRGIN SUICIDES de Jeffrey Eugenides
» [Archer, Jeffrey] Seul contre tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Département des Sciences du Comportement :: Le monde de Reid :: Les Criminels :: Serials Killers :: Tueurs en série Cannibale-
Sauter vers: